16 mai 2011

Il était une fois, Micah P. Hinson ...

 

Il régnait une ambiance des plus particulières hier soir à l’Orangerie.

J'arrive aux porte de la salle, accompagnée pour l’occasion de Céline, la photographe attitrée de TNE, et on nous prévient que c’est un «concert assis». Soit. On entre dans la pénombre, pas trop rassurées par les craquements des gradins. On s’installe et on attend, un brin surprises tout de même ! Et à attendre les commentaires du public, on n’est pas les seules. La plupart de nos voisins s’attendent plus à une pièce de théâtre qu’à un concert. Finalement, ce n’était pas tout à fait faux. 

 

 

20h30, Micah P. Hinson entre en scène, boitillant, sac au dos, bouteille de jus d’orange d’une main et canne de l’autre. C’est qu’il nous explique assez vite qu’il a été victime d’un accident de la route avant d’entamer cette tournée, déjà trop proche que pour l’annuler. On saura aussi qu’il vient d’une petite ville du Texas qui détient deux records : le plus grand nombre d’églises et de grossesses chez des adolescents. Je vous avais dit que ce gars-là aimait parler ...

 

Il entame son set, avec encore un autre inattendu. MPH n’est pas accompagné de sa fidèle guitare acoustique, pour une raison qui m’a échappé. Il dégaine une électrique quelconque, pas fichue de rester accordée le temps d’une chanson. Ce qui nous a valu de nouveaux longs monologues, de plus en plus agacés. 

 

Blablas et problèmes techniques mis à part, le set se passe en deux temps. D’abord, Micah est seul en scène, fidèle à ce que je connaissais de lui. Il nous livre une musique désenchantée, interprétée avec les tripes. J’ai simplement regretté le côté ultra criard de cette «f*****g guitar», comme il l’a appelé toute la soirée. Ensuite, le quatuor à cordes (le Mons Orchestra) vient le rejoindre pour une version poignante, bien que pas tout à fait en place de «Seems Almost Impossible». 

 

A bien y réfléchir, je trouve l’effet du quatuor sur la musique de MPH déroutant, sans pourtant pouvoir l’expliquer. Mais quand il nous raconte que, lorsque Eric Bachmann, compositeur de la section cordes, lui a présenté son travail, Micah a d'abord eu l’impression que sa musique était passée par la case «Walt Disney». Je me dis « c’est exactement ça ! ». Etrangement, la musique classique rend la folk de Hinson plus pop (dans le sens strict de « populaire »). Parce que les cordes arrondissent les angles aiguisés de la guitare, domptent le caractère brut de la voix, adoucissent cette musique forte, instinctive, en quelque chose qui fait, finalement, parti de l’imaginaire collectif. 

 

 

Un concert, comme un spectacle. Un rien surréaliste. 

5726901028_5aa00982a2_o.jpg

Photo : Céline Dejoie.

 

 

 

 

 

17:48 Écrit par Françoise Facella dans Concerts, Photos, Reviews | Commentaires (1) | Lien permanent | Tags : micah p. hison, concert, folk, orangerie |  Facebook |

15 mai 2011

Mélanie Laurent en concert @ Cirque Royal, Botanique

Autant être franc avec vous, toute l'équipe des Nuits Backstage avait accès au concert de ce soir, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les chroniqueurs ne se sont pas bousculés au portillon pour couvrir cette soirée. Lors de nos rencontres et discussions, il y avait toujours un blanc qui régnait autour de cette soirée du 14 mai au Cirque Royal. Du coup, moi je me suis dis que ça allait être chouette si j'y allais pointer ma tête ! Car même en zappant la tête d'affiche (Joseph Arthur pour l'anecdote) et en ne s'attardant qu'à Mélanie Laurent, il y aurait de nombreuses choses à dire et à écrire.

Actrice, réalisatrice, et scénariste, Mélanie Laurent est un bien drôle de personnage. Et plus encore depuis qu'elle a décidé de pousser la chansonnette et de se lancer dans une carrière musicale. Au cinéma, la réputation de cette jeune femme n'est plus à faire. En 2006, sa carrière d'actrice décolle lorsqu'elle incarne Lili dans le rôle principal du film "Je vais bien, ne t'en fais pas". Dans la foulée, son interprétation lui fait décrocher le césar du meilleur espoir féminin. En 2009, elle s'attaque à Hollywood en étant à l'affiche de l'excellent "Inglorious Bastard" de Quentin Tarantino. Après s'être follement bien amusée sur la Croisette avec Quentin en 2009, cette année, elle est de retour à Cannes mais cette fois en tant que maitresse de cérémonie du Festival. Bref, en quelques années, Mélanie Laurent a connu une ascension fulgurante et a acquis une véritable notoriété publique.

En 2011, Mélanie Laurent est présente sur tous les fronts et ajoute des cordes à son arc. "Adoptés", le premier long métrage qu'elle a écrit et réalisé sortira à l'automne. Mais cette année est surtout marquée par sa décision d'entamer une carrière musicale. Mais est-ce que Mélanie Laurent en ferait-elle trop ? Aussi sympathique soit elle, le public a-t-il vraiment envie de la voir pousser la chansonnette ? Avec cette surexposition, le public ne risque-t-il pas l'overdose, et de son côté, en s'exposant de la sorte, la demoiselle ne risque-t-elle pas de finalement s'en prendre plein la figure ? Le débat est ouvert. De mon côté, je vais essayer d'aller me faire mon propre avis, sans a priori (ou presque) en allant la découvrir en concert à l'occasion de l'une de ses toute première prestation scénique.  

Trêve de blabla, place à ce qui nous intéresse ce soir : la prestation de Mélanie Laurent.

DSC_0235.jpg 

Disons le tout de suite, après m'être fait exploser les tympans la vielle au concert de Three Trapped Tigers, je ne suis pas spécialement le public cible de la musique de Mélanie Laurent. Première constatation, la triple affiche de ce soir n'a pas réussi à attirer les foules. L'immense salle du Cirque Royal s'est vu amputée de toute sa partie supérieure, fermée au public. De plus, ce sont les fauteuils qui ont été installés dans le parterre. Toutes les places étaient donc assises. Mélanie Laurent est entrée sur scène sur le coup de 20h55. Elle est accompagnée de 5 musiciens. En un peu moins de 60 minutes, ils interpréteront la quasi totalité de "En attendant", le premier album de Mélanie Laurent sorti le 2 mai dernier. Dès le premier morceau, la voix de Mélanie montre ses limites et ses faiblesses. C'est sans doute normal, ne s'improvise pas chanteuse qui veut. Par contre, musicalement, elle a pris soin de s'entourer de cinq musiciens vraiment très talentueux. Au niveau musical, c'est joli et sans fausses notes. Les cordes et le piano créent un excellent accompagnement musical. Mais du coup, sur scène, Mélanie Laurent qui ne joue d'aucun instrument à même tendance à être effacée par ses musiciens. Il faut dire qu'aux Nuits Botanique, on est davantage habitué à rencontrer des musiciens/chanteurs multi-instrumentalistes qu'une chanteuse restant clouée sur son tabouret. Enfin, au niveau des textes qu'elle a composé, ça s'inscrit dans la chanson française assez légère et ça s'apparente plus aux comptines que j'invente tous les matins dans ma salle de bain qu'à autre chose. "Dehors il fait gris. Et toi, tu joues des accords au bord du lit.".

Mais je ne suis pas ici pour vous faire la chronique d'un album que je n'écouterai sans doute jamais. Je tâcherai donc plutôt de vous partager mes émotions musicales, et c'est là que Mélanie Laurent a gagné des points. Il faut bien l'avouer, la pauvre Mélanie s'en est pris plein la gueule ces dernières semaines. C'était donc avec une certaine appréhension qu'elle allait pour la première fois à la rencontre du public bruxellois. Dès le début, celui-ci a montré énormément de respect envers l'actrice chanteuse en l'accueillant "à la belge", comme il se doit. L'accueil et l'ambiance ont rapidement permis à Mélanie Laurent de se détendre et de se sentir à l'aise. Un peu trop peut-être. En effet, elle ne s'est pas toujours montrée très adroite dans ses interventions. Par exemple, en voyant s'allumer quelques briquets, elle ne saura s'empêcher de lâcher en plein morceau  "Vous êtes mes premiers briquets, ça me fait trop kiffer ! ". Naturelle et touchante, Mélanie Laurent a livré un set fait de hauts et de bas, pas toujours à la hauteur, mais en réussissant à tenir le public en haleine durant toute la durée du concert. A deux morceaux de la fin, les premiers énergumènes se lèvent ; quelques instants plus tard, ils sont suivis par des dizaines d'autres. En quelques minutes, tout le Cirque Royal est débout à faire une standing ovation à Mélanie et à tous ses musiciens. Un moment intense et riche en émotion ! 

Alors évidemment, la musique de Mélanie Laurent ne plaira pas à tout le monde et c'est tout à fait normal. Cependant, ce soir, j'ai eu l'impression d'assister à une véritable communion entre une artiste qui fait ses premiers pas et son public. Mélanie Laurent a réussi à trouver son public, à le satisfaire et même à le conquérir. L'accueil réservé à Mélanie fut formidable et à la fin du concert, ce sont des visages heureux et remplis de bonheur que l'on pouvait croiser dans les couloirs du Cirque Royal. Et c'est sans doute cela le plus important ! 

Et quoi qu'il en soit, qu'on aime ou qu'on aime pas, pas de doute, Mélanie Laurent en tant que musicienne, on a pas fini d'en parler !

PS : N'ayant pas eu de photographes avec moi et le Bota m'ayant refilé une place toute pourrie pas très bonne (siège C4, ça ne s'invente pas et je vous le déconseille vivement), je ne suis pas en mesure d'illustrer mes propos par des clichés de qualité. Veuillez m'en excuser ;-)