18 mai 2011

Agnes Obel, Alina Orlova et Few Bits : quelle claque?

Dans les rares inconvénients des Nuits Botanique, on pourra noter que certains soirs, les choix sont cornéliens. Moriarty ou Kurt Vile? Bill Callahan ou Akron/Family? Vismets ou Agnes Obel? (Enfin, celui-là était très facile...) Reprenons donc les choses dans l'ordre chronologique.

On n'aura au final que peu de choses à dire de Few Bits. Comme introduction à ce qui va suivre, sa musique cotonneuse, d'une douceur extrême malgré les cinq musiciens qui l'accompagnent, est en tout cas tout à fait à sa place. On regrette un temps qu'elle ne s'emballe pas un peu mais un aperçu nous laisse penser qu'elle fait bien de se cantonner à sa zone de confort. Elle s'exprimera exclusivement en néerlandais et vu le contexte, ce sera la seule chose un peu surprenante.

Une chanteuse lituannienne qui chante dans sa langue natale seulement accompagnée se son piano, soyons honnêtes, ça suscite plus de curiosité que d'enthousiasme spontané. Chez moi du moins. Mais le premier sentiment cèdera la place au second après approximativement cinq secondes. Le premier morceau est en anglais, ce qui rend la parenté avec Regina Spektor (d'origine russe rappelons-le) assez flagrante. Le reste du set d'Alenia Orlova se fera soit en Lituanien (langue qui passe bien en chanson) et en Russe (dont la musicalité n'est plus à prouver). Elle s'exprime dans un anglais simple mais toujours très touchant. Ca, c'est pour les faits, l'analyse à froid. Pour le reste, je peux dire que je n'ai plus succombé à une surprise pareille depuis bien longtemps. Il faut remonter aux Nuits d'il y a deux ans avec Soap & Skin pour retrouver cette boule dans la gorge. C'est une prestation de voix humaine à coeur humain, simple et directe. Les morceaux gardent tout leur suc en restant très ramassés. Et le public nombreux apprécie, applaudit de plus en plus entre les morceaux. Une supplique à son frère pour ne pas la laisser dans le noir (frissons rien qu'à y repenser), quelques titres plus enlevés, et voilà, on en ressort conquis, un peu sous le choc, mais ravis.

Après une prestation pareille, on a commis la bête erreur de prendre l'air. Pas très grave dans l'absolu, mais un peu problématique pour un concert sold-out. Agnès Obel faisait partie de ces artistes qu'on pensait destinés à rester dans le petit landernau indie (lire une critique d'époque) mais à force de morceaux séduisants, elle a réussi à élargir son audience. Mais il faut plus que des passages radio et télé pour nous faire faire la moue. On ne peut que se réjouir que le talent soit reconnu. Et talent il y a. La prestation (vue de trop loin, vous l'aurez compris) est impeccable. Son jeu de piano et sa voix sont en place. Son accompagnatrice, la plupart du temps au violoncelle, enrichit les morceaux sans les alourdir. Et puis il y a un répertoire qui ne compte pas de déchet. Donc, tout était très bien. Alors quoi? Alors Alina. En nous frappant par surprise, elle a peut-être un peu écorné notre capacité d'émerveillement. Mais ce n'est pas grave, c'était une affiche très cohérente et une bien belle soirée.

Obel_Botanique-7638.jpg

Obel_Botanique-7672.jpgObel_Botanique-7674.jpg

Obel_Botanique-7702.jpg

Obel_Botanique-7734.jpg

Obel_Botanique-7738.jpg

Toutes les photos sont ici: https://picasaweb.google.com/marc.mineur/AgnesObelBotaniq...#

18:49 Écrit par Marc Mineur | Commentaires (2) | Lien permanent |  Facebook |

Commentaires

Sacré, Marc, l'homme toujours prêt à tendre l'autre joue. Surtout aux femmes! ;-D
Ceci dit, moi, comme d'habitude sans avoir vu le concert, je suis plutôt heureux de ne plus voir le clip d'Agnès à la télévision. Je préfère celui de ceux qui ont fait l'Eurovision. On la gagnera un jour, tu verras. Je charrie hein, Marc, je charrie!!!
:-D
Ceci dit, secundo, j'ai lu (Le Soir, je crois) qu'Agnès Obel avait fait fermer les portes après le début de son set parce que, les gens qui bougent, ça la distrait. Et Le Soir ricanait : "Et qu'est-ce que ce sera aux ardentes?". On est en train de créer un groupe (Facebook, bien entendu) pour aller boire des bières dans le fond du public d'Agnès et chanter le Toré. Dans le fond, c'est pas si con!
;-D

Chouettes les photos, ceci dit (tertio)! Un peu de postproduction sur la quatrième et on peut l'encadrer...

Écrit par : mmarsupilami | 19 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Une bonne claque de femme de temps en temps, c'est vivifiant. Mais bon, je regarde peu la télé, donc une exposition médiatique ne me dérange pas plus que ça.

C'est juste que les portes étaient fermées. En voulant s'éclipser après le premier morceau du rappel, on a trouvé porte close. Avec une personne qui ne se sentait pas bien et qui a dû attendre la fin du morceau. Ceci dit, je préfère ça à Hope Sandoval qui interdit les appareils alors qu'une photographe se balade sur la scène.

Merci pour les photos, alors que j'étais mal placé. Je penserai à les revoir, un jour que j'aurai un peu de temps!

Écrit par : marc | 20 mai 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.