16 mai 2011

Three Trapped Tiggers

(Conseil pour regarder le diaporama : cliquez sur le petit carré avec quatre flèches sur la barre de commmande du fond, à droite. Si vous voulez revenir en taille normale, cliquez sur Escape )

Ultériurement, un autre diaporama sera consacré à NOX).

 

Préliminaire

Three Trapped Tigers, groupe weirdo de chez weirdo!

Le Bota lui-même a planché afin de le définir dans ses présentations. Il lui a collé une étiquette singulière de "sphère musicale particulière liant post-rock et dubstep". Je n'ai pas à me moquer puisque dans mon propre filet d'encouragement à choisir ces trois Londoniens plutôt que d'autres combos en lice le soir même, je noyais le poisson dans trois centimètres d'eau insuffisants à leur survie! Fort heureusement -quoique, est-ce plus simple finalement?- l'équipe s'était fixé un objectif facilitateur. Il s'agissait, d'un exercice à quatre mains. Et très rapidement, j'ai donc reçu l'avis de l'ami Thomas.

Désaccord de première partie

Voici donc de Thom, le texte en intégral et gras : "Nous y étions ! C'est ce que Marsup et moi-même pouvons affirmer après avoir assisté au concert de Three Trapped Tigers lors de la première vraie soirée des Nuits Botanique. Nox et Three Trapped Tigers, ce n'était pourtant guère l'affiche la plus attirante des Nuits. Et le grand public ne s'y était trompé ; ce soir-là, il était ailleurs. En plus d'une cinquantaine d'initiés, de connaisseurs et de curieux, l'organisation pouvait compter sur les nombreux invités pour remplir quelque peu le musée.

IMG_7305-1.jpgC'était d'ailleurs pour moi l'occasion de découvrir ce fameux Museum. Habitué des Nuits et du Bota, c'était pourtant la première fois que j'y allais assister à un concert. Les artistes se positionnent au centre de la salle et sont entourés de leur public, confortablement installés dans leur canapé, leur fauteuil ou sur leur chaise. Je ne m'attarderai pas sur Nox, tant j'ai trouvé le post-rock de cette première partie fade et si peu originale. De mon côté, la magie n'a pas pris.

Pour ma part (retenez-le donc, Mmarsupilami écrit en texte normal, Thomas en gras), les Belges de NOX valaient franchement le détour. Ce support insolite fait de jazz crèe l'originalité et la violoniste, Catherine Graindorge n'a rien à envier à la technique du bassiste David Christophe ni à celle du batteur, Elie Rabinovitch. Je poursuis l'écoute des albums achetés à la sortie, dont le nouveau, Freaks. Et, donc, on en reparlera.

Promis, craché, croix de bois, croix de fer, si je mens, j'irai en enfer, je reviendrai chroniquer ces opus respectables et belges de surcroit!

IMG_7314-1.jpg

Tête d'affiche triple

Mais revenenons-en donc au coeur de l'affaire. Bien vu et finaud, l'effort de Thomas. D'abord décrire le contraste du concert avec la partie familiale et entourée d'amis. Ensuite aborder l'entrée fracassante de Three Trapped Tigers : Heureusement, sur le coup de 21h20, quelque chose de nettement plus déjanté commence. La musique complètement barrée de Three Trapped Tigers a réussi à faire vider la salle de ses invités endimanchés. Les trois anglais se sont d'ailleurs excusés auprès des spectateurs qui s'attendaient à assister à un set acoustique, tranquillement installés dans leur canapé. C'est en effet complètement  raté, car nous avons plutôt assisté à un fameux décrassage printanier ! Mais ça, Marsup vous le décrira sans doute mieux vous que moi !  

IMG_7579-1.jpg


Petit finaud, le Thomas! Car la description relève pour part de l'impossible. En un temps, où la gamelle musicale est le plus souvent assurée par un métronome qu'on ne peut suivre à l'oeil -hum- simple) souvent emplie de morceaux convenus, s'enfilant dans un ordre préétabli et monotone, les trois londoniens débarquent dans un capharnaum complètement organisé et mis en place. Le batteur est équipe d'un métronome fou, bat plus vite que son ombre, multiplie les tentatives et coups de concentration : vite, fort, organisé, débauché, math et rocké, même quand il assaille comme une brute de petits angelots de bronze! Un déluge! A ses deux côtés comme en crucifixion, les deux électroniciens de service virtuosent allégrement, l'un deux complétant par un délire basique de basse et l'autre d'une basse dont les cordes furent portées à ébullition!

IMG_7460-1.jpg

Nouveau son, seau miracle

L'album est virtuose, certes! Mais jamais gratuitement! C'est que, en allant trop rapidement, on affublerait Les Tigers d'une étiquette supplémentaire de "progressif"! Et c'est faux! Pas de Trilogy ici comme dans les derniers regrettables et convulsionants exercices d'Emerson Lake and Palmer. Non, on est plus proche de Tarkus quand le trio brut continuait à maltraiter et torturer ses instruments. Probablement que le vrai héritier de ce prog-là est aujourd'hui Sufjan Stevens...

Three Trapped Tigers picore quant à lui dans la basse-cour de King Crimson à sa meilleure époque. Ses phrasés sont d'une précision étourdissante. Le nouveau prog qu'ils crèent est complètement revisité, plongeant voluptueusement ses gimmicks et racines dans les rémugles électroniques.  La voix du guitariste est habitée d'une grande nostalgie dont les éclats rebondissent ensuite encore longtemps dans les oreilles.

Tellement loin du passeisme prog qu'on regrette d'utuliser le mot alors que, par les temps qui courent, huit groupes sur dix saturent leurs guitares le plus naturellement du monde, en copiant un nombre de groupes qui se comptent sur les doigts d'une seule main!

 

Thomas et Mmarsupilami

 

05:29 Écrit par Mmarsupilami dans Concerts, Photos, Reviews | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.