16 mai 2011

Playboy's Bend - Irma :

Playmobil’s band

playboy,bend,nuits,botanique,katerine,irma,stany,massartPour ouvrir cette soirée à l’affiche vampirisée par Katerine, nous avions droit à un set d’une bonne demie-heure de délire au pays des jouets magiques avec Playboy’s Bend. J’avoue avoir été quelque peu cueilli à froid par leur électro minimaliste en ce tout début de soirée, et je pense vraiment qu’il aurait été nettement plus opportun de les programmer après Irma, et juste avant Katerine… Histoire de donner au public le temps de se mettre en jambes.

Playboy’s Bend, c’est un couple bien propret, lui en chemise sombre et cravate, elle en petite robe noire sexy et (très) hauts talons, qui agrémente des morceaux électro (enregistrés) de bips, de wizz et de tuut, tout droit sortis d’improbables instruments au look très playmobil.

playboy,bend,nuits,botanique,katerine,irma,stany,massart

Totalement insatisfait de cette description, j’ai donc été voir sur leur site comment ils se décrivent, et j’y ai trouvé ceci :
"Ce projet s’inspire du mouvement underground américain connu sous le nom de « circuit bending ». Cet art consiste à modifier les circuits internes de vieux jouets électroniques, boîtes-à-rythmes, pédales d’effets ou de petits synthés casio des années 80 tout droit sortis des greniers, brocantes et autres bric-à-brac pour les transformer en instruments uniques et magiques."

playboy,bend,nuits,botanique,katerine,irma,stany,massart


Ah. C’est donc ça… A la vérité, sans juger de la qualité de leur musique (préenregistrée), je dois dire que je n’ai pas été très convaincu par la performance scénique des deux artistes. Le contraste travaillé entre leur look BCBG et le côté ridicule de leurs instruments arrache un sourire, mais tout ça manque cruellement d’humour et de second degré.

Toutes les facettes d’Irma

Tout juste après cet ovni scénique, changement radical d’ambiance ! Irma débarque sur scène, seule, sa gratte à la main pour 40 minutes d’un folk énergique et largement teinté de soul. Fraîcheur, talent, simplicité, et même une petite touche de timidité font mouche immédiatement.

Irma,nuits,botanique,cirque,royal,katerine,stany,massart

 

Les premiers morceaux pleins de douceur font vite place à plus de fun, notamment avec un impressionnant ABC des Jackson Five, tout en loops de Beat Box et de voix, agrémentés d’une guitare rythmique rageuse. Le tout suivi d'un petit paragraphe sur la manière dont cette chanson lui est venue un matin, tout en humour et second degré. Public conquis. Et ce n'est pas une corde cassée ou quelques crachotements d'origine inconnue qui viendront la perturber.

Irma,nuits,botanique,cirque,royal,katerine,stany,massart


En tant que public, on apprécie toujours d’être remercié par l’artiste (surtout celui qui nous le rend bien). Avec Irma, le moins qu’on puisse dire est que nous avons été gâtés, puisque les proverbiaux 1000 mercis ont quasiment été atteints. On sent chez cette jeune femme qui a à peine franchi la vingtaine toute le plaisir de se produire devant un public chaleureux, et ce même public profite de la beauté d’un émerveillement intact.

Irma,nuits,botanique,cirque,royal,katerine,stany,massart


Seul petit bémol donc à propos de l’ordre de programmation, car il faut tout de même bien dire qu’elle tombait un peu comme un cheveu dans la soupe, après les délires de Playboy’s Bend, et avant les facéties de Katerine. A revoir… sans aucun doute.

14:54 Écrit par Stan dans Concerts, Photos, Reviews | Commentaires (0) | Lien permanent |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.